L’opération aéroportée commandée par le général Frederick

Désignée par le nom de code de «RUGBY FORCE», la composante aéroportée et aérotransportée de l’opération «DRAGOON», reçoit pour mission :

  • d’isoler la tête de pont en empêchant l’ennemi de se diriger vers les secteurs d’assaut du littoral,
  • de contrôler les axes routiers,
  • de préparer et sécuriser les zones d’atterrissage des renforts en hommes et matériels (Jeep, canons, mortiers, munitions, etc),
  • d’occuper les objectifs désignés autour du Muy.

Forte de 9732 hommes, largués par des avions Douglas C47 «DAKOTA» ou posés par des planeurs (HORSA britanniques ou WACO CG-4A américains), la RUGBY FORCE est constituée de la 1st ABTF (Air Borne Task Force : force d’assaut aéroportée). Elle regroupe la 2e brigade parachutiste britannique, et les 509e , 517e , 550e , 551e bataillons de parachutistes américains.

Des unités d’appui (artillerie, mortiers), des sapeurs du génie, des unités de soutien, sanitaires et d’intendance complètent le dispositif. L’ensemble est placé sous les ordres du général de division (US) Robert Tyron FREDERICK, âgé de 37 ans.
23 séries d’avions (de 26 à 45 appareils chacune, en fonction de la composition des unités transportées) s’envolent des bases d’Italie. Les 3 premières séries (3 X 3 avions) transportent les éclaireurs (pathfinders). Ils ont été largués le 15 août entre J+3h30 et J+3h34 sur les 3 zones de poser ou de largage choisies. Le rôle des hommes consiste à les baliser et à ôter les obstacles qui pourraient gêner les parachutistes ou les planeurs.
Les différentes phases de l’opération projetée sont identifiées par les missions suivantes :
ALBATROS, 396 avions, soit 10 séries, largage des parachutistes dès J+4h23,
BLUEBIRD, 71 avions + 71 planeurs, soit 2 séries, 1er posé dès J+6h14,
CANARY, 42 avions, soit 1 série, largage des parachutistes dès 18h10,
DOVE, 332 avions + 332 planeurs, soit 7 séries, 1er atterrissage dès 18h19.

Soldats américains descendant d'un planeur

Planeurs sur la plaine La Motte - Le Muy © ADVAR 9FI183

Le lendemain, la mission EAGLE largue, à partir de 100 avions dès 10h40, 1700 colis de ravitaillement pour les troupes fraichement parvenues au sol (rations, munitions).
Malgré des erreurs de largage, parfois tragiques, dues à l’inexpérience des jeunes pilotes, aux écarts d’itinéraires au-delà des zones imparties, (parfois jusqu’à 40 kilomètres) la RUGBY FORCE a rempli sa mission en atteignant les objectifs désignés. Cette opération souvent appelée à tort
« opération Frederick » par usage de langage, a été un succès.
En préliminaire de cette opération, le terrain a été préparé grâce aux réseaux de résistance (renseignements, sabotages, contacts avec les paras pour les guider), et par l’action des forces aériennes anglo-américaines qui, dès le 28 avril, ont largué des milliers de tonnes de bombes sur la côte varoise, détruisant gares, nœuds routiers et ferroviaires, ponts. D’autres bombardements auront lieu le 5 août avec comme cibles, les positions d’artillerie allemandes, les radars, les dépôts divers (carburant, munitions, matériels). Enfin, le 15 août les plages désignées pour le débarquement à partir de plus de 800 navires, sont systématiquement pilonnées à raison d’une tonne de bombes par mètre de terrain.